Marie Gautrot

mezzo soprano

professeur de chant

Après des études de lettres à l'Université de Rouen puis d'Histoire de l'Art à l'Ecole du Louvre, Marie Gautrot intègre le Conservatoire National Supérieur de Paris.

On a pu l'entendre dans des rôles tels que Djamileh de Bizet au Théâtre de Compiègne, L’Opinion Publique (Orphée aux Enfers d’Offenbach) au Festival d'Aix-en-Provence, Mallika (Lakmé de Delibes) à l'Opéra de Rouen, Cherubino (Le Nozze di Figaro de Mozart) à l'Opéra royal de Versailles, Marie (L'Enfance du Christ de Berlioz) à l'Opéra d'Avignon, Carmen de Bizet à Grenoble, au Théâtre de Poissy et au Radiant de Lyon, Marguerite (La Damnation de Faust) au Théâtre du Châtelet et à l'Opéra de Rouen, Dorabella (Così fan tutte de Mozart) à l'Opéra de Toulon, Amneris (Aïda de Verdi), Nicklausse (Les Contes d'Hoffmann d’Offenbach) et Fenena (Nabucco de Verdi) à Grenoble, Maddalena (Rigoletto de Verdi) à l'Opéra de Limoges, La Voix de la Mère (Les Contes d'Hoffmann d’Offenbach) à Tokyo et à l'Opéra de Lyon. Elle est Giovanna (Rigoletto de Verdi) à l'Opéra National de Paris, Clairon (Capriccio de R. Strauss) à l'Opéra de Metz, Orlovsky (La Chauve-souris de J. Strauss) à l'Opéra de Marseille, Azucena (Le Trouvère de Verdi) au Festival de Linière ou Emilia (Otello de Verdi) à l'Opéra National de Paris.

Au concert, elle se produit dans des œuvres telles que La Passion selon Saint Matthieu de Bach, le Requiem de Verdi, les Kindertotenlieder et Le Chant de la Terre de Mahler, Les Nuits d'été de Berlioz, la 9e Symphonie de Beethoven, Le Poème de l'Amour et de la Mer de Chausson, la petite Messe solennelle de Rossini, les Madrigaux de Monteverdi (enregistrement avec Les Arts Florissants).

Parmi ses engagements prochains, citons un récital à  Venise avec le Palazetto Bru-Zane, le Requiem de Verdi à Paris, la Nonne sanglante de Gounod et Emilia (Otello de Verdi) à l’Opéra de Saint-Etienne, Albine (Thaïs de Massenet) à l'Opéra de Monte-Carlo et au Théâtre des Champs-Elysées, La Magicienne (Didon de Desmarets) au Théâtre des Champs Elysées, le Reine (la Carmélite de Hahn) à la Halle aux grains de Toulouse, Grimgerde (Die Walküre de Wagner) à l’Opéra de Marseille, Bérénice (Psyché de Thomas) au Théâtre des Champs-Elysées, Nicklausse et La Muse (Les Contes d'Hoffmann d’Offenbach) au Festival de Linières, Fenena (Nabucco de Verdi) à l'Opéra de Marseille ou Dalila (Samson et Dalila de Saint-Saens) à l'Opéra d'Avignon.

Passionnée de pédagogie, elle est coach vocal de l'Ensemble vocal de Dieppe et fonde les stages du Bateau-Atelier en Normandie en 2015.

 

Formée à l'art dramatique dans la troupe de l'Abordage à Dieppe, elle a rejoint la ligue d'improvisation théâtrale de l'Université de Rouen puis elle intègre l'école du Damier en région parisienne et se perfectionne auprès d'Emmanuelle Cordoliani et Georges Werler au CNSM de Paris. Elle a dirigé plusieurs troupes d'amateurs à Paris pendant plus de 10 ans. 

dorothée.jpg

Dorothée Lorthiois

soprano

professeur de chant

Diplômée du CNR de Reims puis du CNSM de Paris, elle débute sur scène en incarnant le rôle d'Eurydice dans Orphée aux Enfers d'Offenbach sous la direction d'Alain Altinoglu.

Depuis, artiste éclectique, elle a chanté de nombreux rôles très différents et à participer à différentes formes de projet allant de l'opéra dans sa forme traditionnelle tel que le Couronnement de Poppée de MONTEVERDI (Vertu et Drusilla), Don Giovanni de Mozart (Donna Anna), Carmen de BIZET (Micaëla), Traviata de Verdi (Violetta) à des formes plus atypiques tel que des comédies musicales du début du siècle Gosse de riche de Yvain (Colette), des spectacles pour enfant Jeanne et la chambre à air de Quenel, des spectacles de théâtre Inconnu à cette adresse de Kressman-Taylor (Grisèle), des spectacles de cabaret Les Années Folles.

Elle donnent aussi de nombreux récitals puisque, son goût pour le lied et la mélodie la mène à former un duo avec Martin Surot en 2005 et ils se perfectionnent dans le Lied et la Mélodie avec Ruben Lifschitz à L’Abbaye de Royaumont.

Elle a chanté dans des prestigieux endroits tel que l’Opéra Garnier, le Théâtre des Champs-Élysées... accompagnée par l’Orchestre National de France, le Freiburger Barockorchester... sous la direction de Kurt Masur , d’Enrique Mazzola, de David Reiland... et mise en scène notamment  par Christophe Rauck, Mariame Clément...

Artiste complète, elle s'est formée pour différentes formes d'art (Théâtre, Danse, Claquettes...).

Passionnée par la transmission culturelle auprès de tous les publics, depuis 2005 Dorothée Lorthiois a effectué plus de 600 heures d’interventions artistiques en milieu scolaire, de la maternelle au BTS, en maison de retraite, en prison, en hôpital, en maison de quartier, en café littéraire, pour proposer une rencontre avec la voix d’opéra, l’opéra en général et donner des clés permettant d'accéder à ce répertoire trop souvent jugé élitiste et souffrant malheureusement de nombreuses idées préconçues.

photo Caroline Dan..jpg
Caroline Bardot
soprano 
professeur de chant baroque
Frédéric Rouillon
chef d'orchestre
chef de chant
pianiste

Après avoir obtenu un prix de chant lyrique au Centre de Formation du Jeune Chœur de Paris (L. Equilbey), parallèlement à des études de Littérature, Caroline Bardot poursuit sa formation au sein de la classe de « chant musique ancienne » du CNSM de Lyon, qu’elle quitte en 2009 avec un prix mention Très Bien à l’unanimité.

Caroline se produit régulièrement comme soliste ou au sein de divers ensembles spécialisés tels que Correspondances (S. Daucé), Les Artifices (A. Julien-Laferrière), La Fenice (J. Tubéry), Le Concert Spirituel (H. Niquet), Pygmalion (R. Pichon), le Chœur de chambre de Namür, pour le répertoire baroque ; La Main Harmonique (F. Betous) pour la musique de la Renaissance, et La Camera delle Lacrime (B. Bonhoure), Canto Coronato (D. Catalunya), l’Ensemble vocal de Notre-Dame (S. Dieudonné), et en collaboration avec Pierre Hamon pour la musique médiévale. Avec ces ensembles, on a pu l’entendre dans le cadre de prestigieux festivals de musique ancienne comme ceux de Saintes, Utrecht, Anvers, La Chaise-Dieu, Arques-la-Bataille, Pontoise, Noirlac, Bruges, mais également dans des contrées plus lointaines, comme les USA, la Chine, Beyrouth, Bogota, Malte…

En 2007, elle enregistre en soliste avec la Camera delle Lacrime le disque « Noël baroque en pays d’Oc » (Alpha Production) ; puis avec les Correspondances, la quasi-totalité de leur discographie, largement saluée par la critique.

Elle se produit en duo avec des continuistes, tels que Benjamin Steens et Jean-Luc Ho à l’orgue, ou encore Diego Salamanca au théorbe et au luth, dans cette forme intimiste qu’elle affectionne particulièrement.

Passionnée par la redécouverte du théâtre baroque, elle s’est formée à la gestuelle, la prononciation restituée et la déclamation de cette époque auprès d’Eugène Green, et de Jean-Denis Monory, comédien avec lequel elle a créé plusieurs spectacles gestués de textes et d’airs de cour du XVIIe siècle.

Parallèlement à cette activité de concertiste, Caroline Bardot ressent le besoin de transmettre son expérience et son goût pour les répertoires anciens, par le biais de l’enseignement, individuel et collectif. Elle est à l’origine de la création d’une classe de chant baroque au Conservatoire de Levallois en 2009, et y enseigne le chant et la musique d’ensemble depuis lors. En 2019, elle a animé la formation sur les Polyphonies françaises du 17e siècle, aux côtés de Sébastien Daucé. En 2020, elle s’est vu confier l’enseignement du chant pour les élèves instrumentistes du département de musique ancienne du Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris.

Diplômé du CNSM de Paris, après avoir étudié notamment avec Serge ZAPOLSKY et François-Xavier ROTH, Frédéric ROUILLON commence sa carrière comme chef de chant dans des maisons telles que le Théâtre du Châtelet, Le Théâtre des Champs-Elysées, le Theater An Der Wien, le Frankfurter Oper, L’Opéra National de Vladivostok… Il y collabore avec les metteurs en scène Kasper HOLTEN, Claus GUTH, Robert CARSEN, Yannis KOKKOS… et assiste des chefs d’orchestre tels que Kazushi ONO, Alain ALTINOGLU, Antonello ALLEMANDI, Fabrizio Maria CARMINATI....

Chef d’orchestre, Frédéric ROUILLON a dirigé entre autres, l’Ensemble de Basse-Normandie, l’Orchestre Symphonique d’Eskisehir (Turquie), l’Orchestre de l’Opéra de Reims, le chœur Accentus, l’Orchestre de l’Opéra de Rouen… En 2018 il est invité à diriger un programme symphonique Ravel et Prokofiev au Royal Opera House de Mascate (Oman).

Passionné par l’art lyrique, il a dirigé La Serva Padrona de Pergolèse (tournée en Normandie), L’Opéra de Quat’sous de Weill (Théâtre de Sartouville, Théâtre de La Criée à Marseille, Théâtre Le Cratère à Alès…), La Traviata de Verdi (Espace Cardin à Paris, Théâtre de Poissy, Festival du Touquet, Le Pin Galant de Mérignac, Le Dôme de Saumur…).

Récemment Frédéric ROUILLON a dirigé Il Trovatore de Verdi au Festival de Linières, « Victor Hugo, le visionnaire » de Dominique Lièvre avec l’Orchestre Régional d’Avignon Provence avec le comédien Serge Barbuscia.

Il est actuellement directeur musical de L’Ensemble Vocal de Dieppe depuis 2016 et a fondé l’Orchestre Symphonique de l’Arques.

Frédéric ROUILLON se produit également en récital et forme un duo avec la mezzo Marie GAUTROT. Invité au Théâtre de Dijon, au Théâtre de Valenciennes, à l’Opéra de Rouen, aux Musicales de Normandie, à l’Académie Bach, il a également interprété le Concerto pour piano de GRIEG à Eskisehir (Turquie).

Parmi ses futurs projets il dirigera Les Contes d’Hoffmann l’été prochain au Festival de Linières, Carmen pour le  festival de l'Opéra sur l'Herbe, il sera l'assistant chef pour Pelléas et Mélisande à l'Opéra de Rouen.

Il fera partie de l'équipe internationale de chefs de chants au nouvel Masquerade Opera Studio de Florence en Italie en 2021.

Portrait Gerd.jpg
Gerd Amelung
chef d'orchestre
chef de chant
claveciniste

Gerd Amelung s’est formé au clavecin, au clavicorde et à la basse continue à Weimar et Basel.

Au centre de son travail se trouve la musique vocale entre 1600 et 1800.

Sa production de Marc’Antonio e Cleopatra lors du Ekhof-Festival à Gotha en 2018 a été encensée dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung ou dans operapoint.de

Pendant la saison 2020/21, il dirige Il Ritorno d'Ulisse in Patria (Monteverdi) auprès du Deutsches Nationaltheater de Weimar ainsi que Bastien et Bastienne au Théâtre de Brandebourg, la première production d’un opéra depuis dix ans dans ce théâtre.

Son enregistrement Tormenti d’Amore a été accueilli avec beaucoup d'enthousiasme également par le public et la presse.

Il a été invité plusieurs fois par le chœur de la Semperoper Dresde : Iphigenie en Tauride de Gluck et Funeral Sentences for Queen Mary de Purcell.

Il a remplacé au pied levé le chef d'orchestre à Schwetzingen dans Fetonte de N. Jommelli et Didone abbandonata de L. Vinci.

arthur 2.png
Arthur Verdet
chef de chant  
pianiste

Arthur Verdet débute ses études musicales au conservatoire de Toulon et obtient son
Diplôme d’Etudes Musicales (DEM) de piano à Grenoble en 2014.

Il y découvre l’accompagnement des chanteurs, grâce à l’enseignement de Sébastien Jaudon.
Il obtient son DEM d’accompagnement avec Danièle Clémot à l’ENM de Villeurbanne et
approfondit l’étude du piano avec Sandra Chamoux. Il a également profité des conseils de
Célimène Daudet.
Il a par ailleurs étudié la direction de choeur avec Maud Hamon-Loisance et le chant au
conservatoire de Grenoble puis à Lyon avec Philippe Georges, Annie Trolliet-Cornut et
Nicolas Domingues.
Comme accompagnateur il intervient auprès de choeurs, compagnies, festivals ou stages
tels que Spirito (dir. N. Corti), les Nuits Musicales en Armagnac (avec B. Uria-Monzon et A.
Palloc) le festival Berlioz, Europa Cantat Junior, Opérastage ou Le Bateau Atelier. Il a
également l’occasion d’exercer en conservatoire à Lyon, Grenoble et Bourgoin-Jailleu.
Il rencontre la chanson française en accompagnant le comédien et chanteur Grégoire
Blanchon.
Avec la soprano Maud Bessard-Morandas, il co-fonde le duo Mysterium (Lyon) qui
propose des formes mêlant théâtre et musique.
C’est en accompagnant les choeurs pour Les Contes d’Hoffmann en 2014 qu’il découvre
La Fabrique Opéra de Grenoble (dir. P. Souillot). Il y travaille en tant que pianiste
répétiteur pour La Flûte Enchantée et Carmen ainsi qu’en tant que chef de choeur pour
Rigoletto, Carmen, La Traviata et Roméo et Juliette. Il collabore à ces occasions avec le
chef d’orchestre et chef de chant Frédéric Rouillon.
En Janvier 2020 il succède à Pascal Adoumbou à la tête du choeur de Vienne.
A l’occasion d’un remplacement il travaille comme chef de chant à l’opéra de Rouen sur Le
barbier de Séville (dir. A. Allemandi, m.e.s. P.-E. Rousseau)

photo  Françoise B..jpg
Françoise Blin
Pianiste-Accompagnatrice

Originaire du Nord de la France, je suis tombée amoureuse du piano à l’âge de 4 ans durant des vacances.

Un vieux piano s’ennuyait dans un couloir, et ce jour là en posant mes mains sur le clavier jauni, j’ai découvert la musique . Depuis, cette passion ne m’a jamais quittée. J’ai suivi un cursus classique dans les classes de piano et solfège au conservatoire de Roubaix, puis j’ai intégré les classes à horaires aménagés au Conservatoire de Lille en seconde. Après obtention des diplômes de fin de cycle 1 , j’ai postulé à l’école de musique de Grande Synthe (près de Dunkerque) comme professeur de formation musicale. Un an plus tard, j’ai été mutée comme professeur de FM au Conservatoire de Roubaix . Mais ma vraie vocation était d’accompagner les voix et les instruments. Le poste d’accompagnement de la classe de chant s’est enfin libéré. J’y suis restée pendant 10 années, et sous l’égide de Serge Wilfart, j’ai appris le métier de pianiste accompagnateur. En 1994, des raisons familiales m’ont amenées au Conservatoire de Dieppe, d’abord en tant que professeur de FM et depuis 2009 en tant qu’accompagnatrice à temps complet des classes instrumentales tous niveau confondu. J’ai eu la chance d’accompagner en concert différents artistes tels que Pascale Corruble, artiste lyrique, César Velev, violoniste, Caroline Dumas…